MUSIC 3000

Clarinette

La clarinette est un instrument à vent de la famille des bois caractérisée par son anche simple et sa perce approximativement cylindrique. Elle a été créée vers 1690 par Johann Christoph Denner (1655-1707) à Nüremberg sur la base d'un instrument à anche simple plus ancien : le "chalumeau".
La clarinette soprano (en si) est le modèle le plus commun.
La perce cylindrique de la clarinette la distingue du hautbois et du saxophone, tous deux à perce conique, et lui confère une aptitude au quintoiement. Son timbre chaud dans le registre grave, peut s'avérer extrêmement brillant voire perçant dans l'aigu.
De tous les instruments à vent, la clarinette possède la plus grande tessiture avec 3 octaves plus une sixte mineure, soit 45 notes en tout. Elle se décline en une famille d'instruments presque tous transpositeurs, depuis la clarinette contrebasse jusqu'à la clarinette sopranino, couvrant ainsi toute l'étendue d'un orchestre symphonique. À l'exception des percussions, la clarinette est l'instrument qui possède la plus grande famille.
La clarinette est aussi l'instrument à vent qui possède la plus grande plage de dynamique. Elle donne la possibilité au musicien, plus que n'importe quel autre "bois" ou même "vent", d'émettre des sons d'une infinie délicatesse : des bruissements, parfois même si ténus, qu'ils sont tout juste audibles, ne laissant passer que la colone d'air. A l'opposé, la clarinette peut s'exprimer avec une extrême puissance, impressionnante par l'intensité de ses sons resplendissants.

Les quatre registres de la clarinette sont dénommés grave, ou chalumeau; le medium; le clairon; l'aigu et le suraigu. Voici détaillés les quatre registres de la clarinette :
♦ Le grave ou chalumeau est un registre moelleux, empreint de chaleur, de douceur et, peut être même, d'une certaine tristesse.
♦ Le médium est situé entre le grave et le clairon. C'est un registre qui manque parfois d'ampleur, ce à quoi le clarinettiste doit remédier en bouchant tous les anneaux et certaines clés de la main droite, ou en employant des doigtés factices pour certaines notes tenues (si bémol médium par exemple)
♦ Le clairon est brillant et rond, superbe dans la clarinette en sib (si bémol) et la clarinette en la.
♦ L'aigu se révèle puissant et éclatant. Le suraigu qui va jusqu'au contre ut est obtenu par des doigtés factices. Il est perçant, presque criard sur les dernières notes et particulièrement difficile d'accès pour les débutants.

Cet instrument comporte 5 pièces :
♦ Le bec, généralement en ébonite, ou parfois en cristal, qui constitue une chambre de résonance de forme conique, et est composé d’une table (partie plane où repose l’anche), une chambre, un trapèze, et un tenon qui s’emboîte sur le barillet. L’ouverture donne un bec plus ou moins ouvert ou fermé, c'est-à-dire plus ou moins fort à jouer.
♦ Le barillet, de différentes tailles (64 à 67 mm), servant en partie à accorder l’instrument
♦ Le corps gauche, appelé corps du haut, comportant 15 trous, 9 clés, dont celle de 12ème au pouce gauche, et 3 anneaux
♦ Le corps droit, appelé corps du bas, où le pouce droit soutient l’instrument, avec 9 trous, 8 clés et 3 anneaux.
♦ Et enfin le pavillon, de forme conique, ayant un grand impact également sur la rondeur du son.
Orchestre d'harmonie
La clarinette si est à l'harmonie ce qu'est le violon à l'orchestre symphonique. Pour une harmonie de 50 musiciens, on compte idéalement 10 à 12 clarinettes réparties sur trois voix. Ce pupitre est souvent situé à gauche du chef d'orchestre, c'est-à-dire à la même place que les violons de l'orchestre symphonique, face aux saxophones.
Dans les plus gros orchestres, on trouvera également une à deux petites clarinettes mi , une clarinette alto, une à deux clarinettes basses et, à l'occasion, une clarinette contralto ou contrebasse.

Le jazz
La clarinette est un instrument qui se prête bien au jazz. Très utilisée en jazz Nouvelle-Orléans, elle a cédé sa place au saxophone dès l'époque swing et surtout be-bop. C'est surtout la clarinette basse qui a conquis le jazz moderne avec des artistes comme Jimmy Giuffre, Buddy DeFranco, Eddie Daniels, Don Byron, Eric Dolphy, Tony Scott, Michel Portal, Louis Sclavis, Alvin Batiste, Perry Robinson, John Surman.
Bien qu'il s'agisse d'une pièce classique, la Rhapsody in blue de George Gershwin, commence par le très célèbre solo de clarinette, et un glissando ascendant remarquable (mi au do suraigu). De même, Aaron Copland composa, en 1943, un concerto dont la cadence centrale ressemble à une improvisation jazz.
Le saxophoniste Art Pepper a laissé également quelques enregistrements à la clarinette. Le saxophoniste Eric Dolphy est également connu pour avoir popularisé la clarinette basse dans le jazz. Les clarinettes sont également utilisées en jazz funk, ces instruments supportent bien les effets wah wah, et de réverbération.